Tactique : les attaques téléguidées de Manchester City

Revenu au coude à coude avec Liverpool avant de défier Chelsea dimanche (17 heures), Manchester City s'appuie sur un jeu offensif aux mécanismes millimétrés.

Étudié plus que n'importe quel autre entraîneur ces dernières années, Pep Guardiola l'est souvent sous le même angle : l'obsédé du jeu court, de la relance propre, le réinventeur du poste de gardien, l'héritier de Cruyff, qui a fait exploser le nombre moyen de passes par match depuis 2008. Sur les terrains de jeunes, de plus en plus d'éducateurs, influencés par le Catalan, enseignent aux enfants à repartir court depuis l'arrière, à ne pas se débarrasser du ballon, concept facilité par la propagation des pelouses synthétiques, remplaçant les vieux terrains.

L'Equipe Explore : Guardiola, l'obsession du foot

De plus en plus directif

Les idées du technicien espagnol dans le camp adverse sont beaucoup moins souvent évoquées. Elles ne font pas vraiment partie de son image. Thierry Henry expliquait qu'au FC Barcelone, tout était scripté jusqu'aux 30 derniers mètres, où la parole revenait alors aux pieds des joueurs. Guardiola lui-même, interrogé en 2015 alors qu'il était l'entraîneur du Bayern Munich, ne revendiquait pas ce qui s'y passait. « Certains jouent à l'instinct, au talent. On a besoin de ce genre de joueurs pour les 20 ou les 50 derniers mètres, reconnaissait-il au site Squawka. Ils peuvent tout inventer et l'entraîneur ne peut pas contrôler cet aspect. On ne peut pas les limiter. » En revanche, Guardiola les oriente. Et ne les a sans doute jamais autant orientés qu'à Manchester City.

Au Barça, Guardiola voulait que...

Il vous reste 80% de cet article à lire.

(Source)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *